PACI – Ignazio Buttitta (avec extrait vidéo)

Bonjour à tous,

Vous trouverez ci-dessous un poème écrit par Ignazio Buttitta (wiki en Italien) avec un extrait vidéo du poète déclamant un passage de celle-ci.

Un petit lien d’une autre poésie que nous avions publié du même auteur: Compagni di Viaggiu.

Ignazio Buttitta et Leonardo Sciascia
Ignazio Buttitta et Leonardo Sciascia

Bonne lecture

PACI

La vitti ntra la vucca di Maria
la Paci,
ntra li capiddi biunni di so figghiu
la Paci,
sutta la cruci e supra di lu celu
la Paci.

La ntisi ntra lu cantu di l’aceddi,
ntra lu silenziu di li notti bianchi;
ntra li cimi di l’arbuli pusava,
calava nterra
e l’erba accarizzava,
vagnava li simenzi,
li radichi funnuti arrifriscava.

La vitti ntra lu chiusu di li mànnari
allisciari
lu pilu biancu di l’agneddi,
lu mantu di li voj,
la lana di li pecuri ammanzuti:
faceva lu ballettu
dintra la canna di lu friscalettu
di lu garzoni di lu picuraru.

Passava luminosa pi li campi
quadiannu lu jazzu a li cunigghi,
li tani di li vurpi;
si ngnuniava dintra li puddara
arraspannu lu pizzu a li gaddini
sparmannu l’ali a li ciocchi aggiuccati.
Trasìa dintra li casi
e, ntra lu scuru di lu sonnu,
li jnchìa di luci;
aggiustava lu velu di li nachi,
s’appujava la testa a lu capizzu
di l’omini abbattuti.

La vitti mmenzu di li campusanti
la Paci,
addinucchiata vicinu li cruci,
parrava cu li morti senza vuci,
si l’abbrazzava senza vrazza e manu,
ci asciugava li lacrimi
senza panni e cuttuni.

La vitti all’alba
sciogghiri lu ncantu,

grapiri li finestri di lu munnu
cu la magia di la so putenza:
un salutu a lu suli,
un salutu a li stiddi,
dari cantu a l’aceddi,
sonu a li vattala,
suspiru a li venti,
tonu a li campani,
l’avvju a li mànnari,
lu friscu a li treni,
lu ciatu a li mantici,
lu focu a lu carbuni,
la forza a li mutura,
all’omini lu passu
e la spiranza.

Paci,
ca ti sucai la prima vota
dintra lu pettu bincu di me matri.
Paci,
ca ti liggìi ntra l’occhi d’idda
e ti tastai a li primi vasati.
Paci ca mi nzignasti cu la manu
a mòviri li pedi ad unu ad unu.
Paci,
ca m’arruspigghi a lu matinu
e mi porti lu sonnu di la sira.
Paci,
ca tuttu duni e nenti voi,
abbràzzati lu munnu
e lassa a mia.

Sfarda sta negghia
càrrica di sangu
chi passa pi lu munnu.
Li matri addinucchiuni
cu li carusi mbrazza,
chiàncinu e ti disìanu.
L’omini, li vrazza all’aria,
gridanu: Paci!

Cummuogghia d’ali bianchi di palummi
lu celu d’ogni terra.

PAIX

je la vis dans la bouche de Marie
la Paix,
entre les cheveux blonds de son fils
la Paix,
dessous la croix et dessus dans le ciel
la Paix.

Je l’entendis dans le chant des oiseaux,
dans le silence des nuits blanches;
dans les cimes des arbres elle se posait,
arrivant sur terre
et caressant l’herbe,
en mouillant la semence,
elle arrosait les racines profondes.

Je la vis au milieu des troupeaux
caresser
le poil blanc des agneaux,
la fourrure des bœufs,
la laine des moutons paisibles:
elle dansait
à l’intérieur du friscalettu*
du garçon et du berger.

Elle passait resplendissante parmi les champs
en chauffant le terrier des lapins,
les tanières des renards;
elle s’introduisait dans les poulaillers
en frottant le bec des poules
et en caressant les ailes des couveuses.
Elle rentrait dans les maisons
et, dans l’obscurité du sommeil,
les remplissait de lumière;
bordait les enfants,
posait la tête sur son sein
des hommes abattus.

Je la vis au milieu des cimetières
la Paix,
agenouillée près des croix,
parlait avec les morts sans voix,
les embrassant sans voix ni main,
leur essuyait les larmes
sans tissus ni mouchoirs.

Je la vis à l’aube
défaire l’enchantement,

ouvrir les fenêtres du monde
avec la magie de sa puissance:
un hommage au soleil,
un hommage aux étoiles,
donner le chant aux oiseaux,
du son aux ruisseaux,
du soupir aux vents,
du ton aux cloches,
la marche aux troupeaux,
le sifflement aux trains,
l’air aux soufflets,
le feu aux charbons,
la force aux moteurs,
aux hommes le pas
et l’espérance.

Paix,
je t’ai sucée la première fois
au sein blanc de ma mère.
Paix,
que je t’ai lue dans ses yeux à elle
et je t’ai touchée aux premiers baisers.
Paix qui m’a appris avec la main
a bouger les pieds un par un.
Paix,
qui me fais réveiller le matin
et me donne le sommeil du soir.
Paix,

qui donne tout et ne veut rien,
embrasse le monde
et laisse moi.

Chasse cette brume
chargée de sang
qui passe de par le monde.
Les mères à genoux
leurs enfants dans les bras,
pleurent et te désirent.
Les hommes, les bras en l’air,
crient: Paix!

Remplis d’ailes blanches de colombes
le ciel de tous les endroits.

*: Flûte typique sicilienne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.