Giufà et Pitré

[Ce conte de Giufà en Sicilien est extrait du Recueil « Fiabe, novelle e racconti popolari Siciliani » recueillis et publiés par Giuseppe Pitré]

Giufà e la statua di ghissu

giufa statua

Si cuntacacc’era ‘na mamma, e avía un figliu

chiamatu Giufà; sta mamma di Giufà campava pòghira. Stu Giufà era babbu, e lagnusu e mariuolu: sò matri avía ‘na puocu di tila e cci dissi a Giufà:

– «Pigliammu ‘na pocu di tila, ti la va’ a vinni ‘ntra un paisi luntanu, ma l’ha’ da vìnniri a chiddi pirsuni chi parlanu picca.» Giufà si partì’ cu la tila ‘n cuoddu e si nni ji’ a vìnniri.

Arrivatu ‘ntra un paisi accumincio’ a vanniari:

– «Cu’ voli la tila!»

Lu chiamavanu li genti e accuminciavanu a parlari assai, a cu’ cci paría grossa, a cu’ cci paría cara. Giufà cci paría ca parlavanu assa’, e ‘un cci nni vulía dari. Camina di ccà, camina di ddà, si ‘nfila ‘ntra un curtigliu; ddà nun cc’era nuddu e cci truva’ ‘na statua di gghissu, e cci dissi Giufà:

– «La vuliti accattari la tila?» e la statua ‘un cci dava cuntu, ‘ntantu vitti ca parlava picca;

– Ora a vossia, ca parlati picca, v’haju a vìnniri la tila.» piglia la tila cci la stenni di supra;

– «Ora dumani viegnu pri li grana,» e si nni ji’.
Quannu agghiurnà’, cci ij’ pri li grana, e tila ‘un ni truvà’, e cci dicía:

– «Dùnami li grana di la tila;» e la statua ‘un cci dicía nenti.

– «Già ca ‘un mi vò’ dari li grana, ti fazzu vìdiri cu’ sugnu iu;» si ‘mbresta un zappuni e va a mazzía la statua fina ca l’allavanca’, e nni la panza cci trova ‘na baccaredda di dinari; si minti li dinari nni lu saccu e si nni va nni sò mà’; arrivannu, a sò mà’ cci dissi:

– «La vinnivu la tila ad unu chi nun parlava, e grana a la sira ‘un mi nni detti; puà cci jivu la matina cu lu zappuni, l’ammazzavu, lu jittavu ‘n terra e mi detti sti dinari.»

La mamma, ca era ‘sperta, cci dissi:

– «’Un diri nenti, ca a puocu a puocu nni jemmu manciannu sti dinari.»

Traduction:

On raconte qu’il y avait une maman et son fils qui s’appelait Giufà. Elle était pauvre et son fils Giufà était bête, fainéant et mariole. Mais un jour elle lui dit, comme elle possédait un tissu:

– « Prends cette toile et va la vendre au pays, mais fais gaffe, vends là a des gens qui parlent peu. » Giufà pris le tissu et s’en alla la vendre.

Arrivé dans un village il commença à crier:

– « Qui veut le tissu! » Les gens l’appelaient et tous parlaient beaucoup, qui en disant qu’elle était trop grosse, qui trop chère.

Giufà pensa que tous ces gens parlaient trop et il ne voulut pas vendre. Il continua de marcher dans les ruelles jusqu’à ce qu’il arrive dans une cour ou il n’y avait personne sauf une statue en craie. Giufà en s’adressant à la statue lui dit:

– « Voulez vous acheter ce tissu? » mais la statue ne répondait pas.

– « Bien, comme vous parlez peu, je vais vous vendre la toile. » Il prit le tissu et le posa sur la statue.

– « Je reviendrai demain pour l’argent. » Et il s’en alla.

Le lendemain, il retourna voir la statue pour l’argent du tissu, mais le tissu avait disparu. Giufà dit:

– « Donne moi l’argent du tissu. » Mais la statue ne répondait rien.

– « Comme tu ne veux pas me donner l’argent je vais te montrer à qui tu as à faire! » Il trouva une bêche et commença à frapper la statue jusqu’à complètement la détruire. Et à l’intérieur de trouver un sachet rempli de pièces d’argent. Il le prit, s’en retourna à la maison et dit à sa mère:

– « Je l’ai vendu, le tissu, à un monsieur qui ne parlait pas et il n’a pas voulu me payer le soir même et comme il n’a pas voulu me payer le matin suivant non plus, j’ai pris une bêche, je l’ai tué et j’ai pris son argent. »

La mère qui n’était pas dupe, lui dit:

– « Ne dis rien à personne que petit à petit nous allons le dépenser cet argent. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.